La pilosité chez les adolescents : comment gérer ?

17 Juil 2020

deux-adolescentes-fleurs

Étape primordiale du développement de l’enfant, l’adolescence commence par la puberté. Durant celle-ci, le corps, sous l’influence des hormones sexuelles dites androgènes, va changer et certaines zones vont se couvrir de poils. Sujet sensible à cet âge, la pilosité est une chose commune à tous mais que chacun vit différemment.

Alors, comment aider mon adolescent.e à appréhender la puberté et la pilosité ?

Pourquoi avons-nous des poils et à quoi ça sert ?

Aurore : “Les poils servent à emprisonner les poussières et les germes. Ils préservent ainsi notre hygiène. Ils servaient à la préhistoire et au fil des siècles à nous tenir chaud. Ils sont depuis moins nombreux mais certaines zones du corps restent bien fournies. Ils protègent les parties du corps les plus sensibles en évitant les frottements peau contre peau au niveau des aisselles et des parties génitales. 
Nous avons environs 5 millions de poils sur le corps. Ils commencent à pousser entre 9 et 14 ans et ce, pendant environ 3 ans, d’abord sur les parties génitales (pubis), puis les aisselles, la poitrine et le visage (également pour les filles au dessus de la lèvre supérieure).
Les poils servent aussi à séduire et à être attrayant pour le sexe opposé. Ce sont également des récepteurs tactiles, ils envoient des signaux électriques au cerveau.”

Quand la pilosité apparaît-elle chez les filles et chez les garçons ?

Alexandra : “La pilosité chez les filles apparaît plus tôt que chez les garçons. En effet, les jeunes filles verront les signes de la puberté qui entraînent la pousse des poils à l’âge de 10-11 ans environ tandis que les garçons commenceront à avoir des poils vers l’âge de 12-13 ans approximativement.”

Comment aider mon adolescent.e à vivre cette étape  ?

Aurore : “Prenez le temps d’en discuter avec votre adolescent, certains seront ravis de l’arrivée des poils et d’autres complexés. Si votre adolescent est complexé, écoutez ce qui le gène et discutez des solutions possibles qui vous conviendront à tous les deux (rasage, crème dépilatoire, épilation à la cire,…).”

Alexandra : “Vous pouvez lui conseiller de s’adresser à quelqu’un de confiance qui saura lui expliquer les changements qui s’opèrent dans son corps et comment les appréhender. L’important est de toujours lui laisser la possibilité de communiquer et de poser des questions.
Il est aussi conseillé d’attendre le plus longtemps possible avant de se raser ou s’épiler car les poils vont rester fins et s’éclaircir naturellement s’ils n’ont pas été coupés ou arrachés dès leur pousse. S’ils deviennent trop complexant pour votre adolescent, essayez de l’emmener chez une esthéticienne qui pourra le conseiller et faire les choses correctement, sans danger. Pensez à lui donner les pour et les contre pour lui permettre de prendre sa décision en connaissance de cause.”

A quel âge peuvent-ils commencer à s’épiler ?

Aurore : “Il n’y a pas d’âge en particulier pour s’épiler, il faut prendre en considération la gêne de l’adolescent et qu’il comprenne les conséquences de l’épilation. Vous pouvez également évaluer les différents moyens de s’épiler et choisir ensemble celui qui vous semble le plus adapté (coût, douleur, conséquences à long terme).”

Pilosité et sexualité : que dire à mon adolescent.e sur ce sujet ?

Aurore : “Il est important de préciser à votre adolescent que lorsque le poil est arraché, sa glande sébacée l’est aussi et la peau a tendance à s’assécher. Les micro lésions qui en résultent favorisent la propagation des MST (herpès) et l’apparition de poils incarnés qui font apparaître des petits boutons quand les poils repoussent (disgracieux et douloureux). 
Depuis quelques années les poils sont à la mode et les montrer tels qu’ils sont est une petite révolution. Pour les jeunes femmes, de nombreuses actrices d’hollywood les exhibent et ils deviennent signe de liberté et de libération des femmes. Pour les garçons, les poils peuvent être vus comme des signes de virilité et être très attirants pour leurs (futur.es) partenaires. Les poils sont également des récepteurs tactiles, ils envoient des signaux électriques au cerveau qui déclenchent des émotions positives. Les sensations qui sont alors envoyées au cerveau peuvent être des picotements, des chatouilles, des frémissements et une sensation de plaisir.”

Alexandra précise : “Les gynécologues constatent aujourd’hui une hausse des maladies, autrefois rares, chez les femmes qui se rasent ou s’épilent les parties génitales.”

D’autres enfants se moquent de lui/elle, comment l’aider ?

Alexandra : “L’important est de l’aider à prendre confiance en lui. Si le regard des autres ne l’atteint pas, il ne se sentira pas complexé. Rappelez lui que chacune des personnes, qui se moque, a elle aussi des complexes.”

Aurore : “Dans un premier temps écoutez votre enfant sans jugement en le laissant dérouler tout ce qu’il a à vous raconter. Ensuite, expliquez-lui que de nombreuses personnes sont passées par là comme lui. Demandez à votre enfant s’il souhaiterait s’entraîner à répondre à ses moqueries avec vous, avec un ami ou seul. 

Prenez l’exemple d’une phrase que les autres ados lui disent et qui le touche et laissez-le trouver 5 façons d’y répondre.”

Exemple : “ Tu es aussi poilu que mon chien”

  • Autodérision : je ne suis pas d’accord, je ressemble plus au Yeti ou à Chewbacca qu’à ton chien !
  • Pirouette : Et sinon tu as compris le dernier Théorème de Maths toi ?
  • Insolence :  Je comprend que tu sois dégouté vu le nombre de poil qui se battent en duel sur toi.

Laissez lui le temps de s’approprier et de trouver ses réponses et il gagnera en confiance en lui, les moqueries s’arrêteront.”

Quelques recommandations de lecture sur la pilosité et la puberté en général : 

Les recommandations d’Alexandra pour les parents :

Les recommandations d’Aurore pour les ados :

Retrouvez Alexandra et Aurore parmi les professionnels présents sur Fourmily et profitez pleinement de leur accompagnement en prenant rendez-vous avec elles.

 

Et si on vous disait que vous abonner à cette newsletter...

 

pouvait vous sauver des nuits en pointillé, des pipis au lit, des assiettes boudées, des pleurs inexpliqués, des colères ou des crises d'adolescence..., vous nous croiriez ?

 

Non ! Vous avez bien raison. En revanche, ça peut carrément vous aider ! Chaque mois, recevez de l'actu et des astuces pour vous préparer, comprendre ou adopter des habitudes en tant que parent.

Merci ! Vous êtes désormais inscrit.e :)