Comprendre, accompagner et éviter le burn-out parental

par Juin 5, 2020

mère en burn out

Dans la plupart des cultures du monde, la parentalité est associée à des choses positives, il est donc difficile d’avouer une souffrance ou un épuisement liés au rôle parental. Pourtant le burn-out parental peut toucher tout le monde. Il concerne tous les parents quelque soit le milieu social, l’âge des parents, le nombre d’enfants et leur âge.

La France se situe dans le top 5 des pays les plus touchés par ce syndrome. 5% des parents seraient en burn-out parental, 8% seraient à risque élevés de burn-out parental et 90% se plaignent régulièrement de fatigue. Informer, lever le tabou est donc important pour que les parents ne soient plus seuls face à ce sujet.

 

D’où vient le burn-out parental, comment identifier ses causes et symptômes et surtout l’éviter ? 

Mathilde Mulliez

Pour répondre à ce délicat sujet, nous avons interrogé Mathilde Mulliez, Coach Systémique, et spécialisée en accompagnement périnatal et parental, formée à l’accompagnement du burn-out parental auprès des Professeures Moïra Mikolajczak et Isabelle Roskam de l’UCLouvain.

Qu’est ce que le burn-out parental et quels sont les symptômes d’un burn-out parental ?

D’après les docteurs Roskam et Mikolajczak, chercheuses au sein de l’université de Louvain, il s’agit d’un syndrome caractérisé par la présence de trois symptômes concomitants :

  • L’épuisement dans le rôle de parent. Cet épuisement peut se manifester au niveau émotionnel (sentiment de ne plus en pouvoir), cognitif (impression de ne plus arriver à réfléchir correctement) et/ou physique (fatigue).
  • La saturation et la perte de plaisir dans le rôle de parent.
  • La distanciation affective d’avec les enfants : trop fatigué, le parent n’a plus l’énergie de s’investir dans la relation avec ses enfants ou en tout cas plus autant que d’ordinaire. Il se limite à ce qu’il doit faire (les conduire à l’école, leur préparer à manger, la toilette, le coucher), mais pas plus.

Ces symptômes s’accompagnent d’un phénomène de contraste : le parent prend conscience qu’il n’est plus le parent qu’il était et encore moins celui qu’il voulait être. Il ne se reconnaît plus.

Est ce un phénomène récent ?

La notion de Burn Out parental est apparue dans les années 1980 à propos des facteurs de risques chez les parents d’enfants atteints de maladies graves. Les premières études sur le burn-out parental ont été conduites au sein de l’université de Louvain sur une population de parents Belges. Depuis des études ont été réalisées dans de nombreux pays, et la France se situe dans le top 5 des pays les plus touchés par ce syndrome.

Quelles sont les causes ?

Le burn-out parental est le résultat d’un déséquilibre prolongé entre trop de stresseurs (ou de facteurs de risques) trop longtemps et pas assez de ressources pour y faire face. Les stresseurs, c’est-à-dire tout ce qui va augmenter la charge parentale, peuvent être de différente nature: stresseurs socio-démographiques, stresseurs personnels, stresseurs familiaux, stresseurs liés à la relation avec l’enfant, stresseurs situationnels.

Quels sont les risques ?

Le burn-out parental a des conséquences importantes sur les parents: problèmes de santé, troubles du sommeil ou de l’alimentation, consommation d’alcool, addictions, idées suicidaires, etc. Ils sont les premiers à en souffrir, mais ne sont pas les seuls. En effet, les parents en burn-out parental ont plus de risque de négliger leurs enfants (risque multiplié par 3) ou d’être violent (risque multiplié par 20). Enfin, le burn-out parental d’un des parent va souvent avoir pour effet d’augmenter les conflits au sein du couple.

Est-ce que cela peut toucher tous les parents, d’enfants de tout âge ?

Le burn-out parental concerne tous les parents quelque soit le milieu social, l’âge des parents, le nombre d’enfants et leur âge.
Il ne s’agit pas d’un syndrôme féminin, il touche environ deux tiers de femmes et un tier d’homme.
Les docteurs Roskam et Mikolajczak considèrent que 5% des parents seraient en burn-out parental et 8% seraient à risque élevés de burn-out parental.

Quand on fait un burn-out au travail, on peut quitter son emploi, être mis en arrêt maladie, etc. , mais quand on est parent, on ne peut pas « démissionner » de ses enfants.  

Quelles sont les solutions « court-terme » (astuces au quotidien) pour aller mieux, éviter les risques. Quelles sont les solutions « long-terme » ?

Le premier réflexe si on se sent en difficulté c’est de consulter. Un parent qui ressent des signes d’épuisement est un parent qui a besoin d’être soutenu. Un professionnel formé à l’accompagnement des parents en situation de burn-out parental permettra au parent de prendre du recul sur sa situation, d’identifier ses ressources mobilisables et de cibler les actions à mettre en place étape par étape afin de retrouver un équilibre durable. Le suivi sera individualisé et personnalisé. Il n’existe pas de solutions toutes faites applicables à tous.

Il sera plus aisé de récupérer d’un épuisement parental que d’un burn-out. Le meilleur réflexe est donc de se faire accompagner dans ce type de situation.

La bonne nouvelle c’est qu’on sort du burn-out parental. Nous savons aujourd’hui qu’un parent en situation d’épuisement ou de burn-out parental va voir son taux de stress ainsi que les symptômes liés au Burn-out parental diminuer de manière considérable en deux mois à raison d’une séance par semaine.

Le suivi peut se faire en individuel ou en groupe. Les deux modalités présentent des avantages et peuvent être complémentaires. Le choix dépendra des besoins de chaque parent.

Il existe un site de référence concernant le burn-out parental. Ce site propose de nombreuses ressources et notamment des tests (Êtes-vous en burnout parental ? ou Découvrir vos facteurs de risque et de protection – lien : https://www.burnoutparental.com)

Merci encore à Mathilde pour ses explications. Pour aller plus loin, Mathilde propose une conférence en ligne le 11 juin sur le thème :  “je n’en peux plus, comprendre et prévenir le burn-out parental” (10€). Inscriptions juste ici !