Comment améliorer l’équilibre entre vie professionnelle et vie de famille ?

4 Sep 2020

Une mère tenant un café et sa fille

Mener de front plusieurs choses/vies à la fois peut s’avérer frustrant, épuisant, voire insurmontable. Être épanoui.e au travail, être un bon parent à l’écoute de ses enfants, être une femme ou un mari à la maison, cela fait beaucoup de casquettes pour n’importe quelle personne.
En cette période de rentrée, nous avons eu envie d’avoir les bons conseils d’une spécialiste pour nous aider à améliorer cet équilibre si fragile et bien démarrer cette nouvelle année scolaire.

Thuy Mai Lam activatrice bien-être holistique

Pour répondre à nos questions et nous aider à adopter un bon équilibre de vie, nous avons interrogé Thuy-Mai Lam, activatrice bien-être holistique.

5 astuces à mettre en pratique, dès la rentrée, pour améliorer l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie de parent ?

  • Se fixer des règles concernant l’utilisation du téléphone (et donc la consultation des mails pro). Exemple : pas de consultation de mails pro lorsqu’on franchit le pas de la porte (sauf si on est en attente d’un mail vraiment urgent). Le mieux serait même de désactiver les notifications pour ne pas être tenté.
  • Se créer une sorte de sas de décompression lorsqu’on arrive chez soi comme par exemple s’isoler 5 minutes dans un endroit calme. On en profite, par exemple, pour prendre de grandes respirations ou encore fermer les yeux en se remémorant rapidement sa journée de travail et la boucler mentalement.
  • Mettre en place un mini rituel accompagné d’une intention. Par exemple : lorsque je dépose mon manteau ou ma veste, je dépose aussi tous mes tracas du travail.
  • Éviter de s’occuper des choses personnelles pendant les heures de bureau peut être parfois difficile : si on doit par exemple appeler le centre des impôts, on ne peut le faire que sur nos heures de travail. Ce qui est contre-productif, c’est de devoir s’occuper de toutes ces choses de manière diffuse sur la journée. S’il n’y a pas le choix, le mieux est d’organiser des plages horaires spécifiques durant lesquelles on s’occupe du perso. Par contre, on ne se limite qu’à ce qui a réellement besoin d’être fait durant la journée en semaine (faire les courses en ligne alors qu’il est 15h n’est pas indispensable).
  • Eviter le multitasking ! Notre cerveau n’est pas fait pour se concentrer sur plusieurs choses en même temps, du moins avec la même intensité. On a l’impression d’être productif mais en réalité, on ne l’est pas du tout. Une tâche qui pourrait être faite en 1h peut très vite prendre beaucoup de temps parce qu’on n’est pas assez concentré. On se concentre sur une chose à la fois.

Pourquoi c’est important de trouver cet équilibre ? Quels sont les impacts ?

On vit aujourd’hui dans une société où tout va et tout doit aller vite. Avec le développement d’internet et du numérique, on peut se retrouver facilement à lire ses mails pro le soir et le week end (voire même à travailler). De la même manière qu’on peut se retrouver facilement à répondre à des mails perso au bureau.

L’équilibre entre la vie pro et la vie perso est essentiel pour ne pas avoir l’impression d’être toujours en flux tendu et donc être stressé, ou encore d’avoir l’impression de rater certaines choses.

Le vrai danger à long terme est psychologique

Au niveau du travail : quand on arrive au bureau avec nos propres soucis personnels ou si on commence à gérer ce qui ressort de la vie privée, ça laisse forcément moins de temps pour travailler et cela impacte notre efficacité au bureau.

Sur le plan personnel : on passe à côté de la vie familiale. On passe peu de temps de qualité avec nos enfants et nos proches, c’est à dire qu’on est là sans être vraiment là. Notre corps est avec eux, mais le mental est ailleurs. Cela entraîne souvent beaucoup de frustrations, mais peut aussi engendrer des tensions et du stress. Et pour les enfants, je pense qu’il n’y a rien de plus terrible que des parents qui ne donnent pas toute leur attention.

Et c’est un cercle vicieux : notre temps effectif de travail est raccourci car on a passé 2h à régler du perso au bureau et du coup, on essaie de se rattraper le soir.

Le vrai danger à long terme est psychologique : comme je le disais, cela peut entraîner beaucoup de frustrations par rapport à la vie familiale. On a l’impression de ne profiter de rien. Et dans certains des cas, cela peut aussi entraîner un épuisement mental, à la limite du burn out.

Une astuce en particulier pour ne pas se laisser déborder par le quotidien qui nous ratrappe bien souvent trop vite ?

Il faut tout d’abord arrêter de se prendre pour une supermum ou un superdad ! C’est à dire qu’il faut arrêter de croire qu’on peut arriver à faire des choses qui nécessitent normalement 8h sur une plage horaire de 3h ! C’est tout simplement IMPOSSIBLE.

Donc mon premier conseil est d’alléger ses journées en se concentrant sur 3 à 5 choses maximum (que ce soit au travail ou à la maison). Cela laisse de la place pour gérer les imprévus s’il y en a (et entre nous, il y en a souvent quand on est parent).

Il faut aussi apprendre à dire NON !

Il faut apprendre à prioriser ce qu’il y a à faire et surtout faire la différence entre ce qui est urgent et ce qui est important.

Cela veut dire que s’il y a des imprévus à gérer, il faut savoir prendre un peu de recul pour déterminer si la chose doit être gérée dans la minute ou si cela peut attendre.

Généralement, je conseille de rester sur son organisation initiale et de s’occuper des imprévus après, dans la mesure du possible.

Il faut aussi apprendre à dire NON ! Ce n’est pas facile car souvent, on a l’impression qu’en disant non, on sera jugé ou que l’autre personne va mal le prendre. Sauf que cette impression n’a lieu que dans notre tête. Il ne faut pas non plus hésiter à expliquer notre non. Et quand bien même la personne en face de nous le prendrait mal, cela n’est pas du tout de notre responsabilité car on n’est pas dans sa tête et ne pouvons donc contrôler ce qu’elle peut penser (l’art de lâcher prise!).

Surtout, un non n’est pas forcément un non définitif. Ça veut juste dire “non pas tout de suite”.

Comment équilibrer les journées pour conserver du temps de qualité avec notre famille et du temps pour nous ?

Ce qui fait souvent défaut, c’est notre mental : ce n’est pas parce qu’on a rangé notre téléphone qu’on ne pense plus du tout au travail ou à la réunion du lendemain ou encore au dernier mail désagréable d’un client.

La mise en place de rituels ou de règles peut beaucoup aider

Ce qu’il faut surtout réussir à faire c’est de mettre son cerveau en OFF et de lâcher-prise. Notre mental passe son temps à essayer d’anticiper le futur en imaginant tous les risques possibles par rapport à une situation. C’est sa manière à lui de se sécuriser et de nous protéger par rapport à un potentiel danger. Et très souvent, ces peurs ne sont que des peurs imaginées : elles n’arriveront jamais.

Donc un exercice que je propose souvent c’est l’exploration des peurs : c’est à dire d’imaginer le pire scénario qui pourrait arriver dans une situation précise. Cela permet très souvent de se rendre compte que le pire scénario n’est finalement pas si terrible que cela et donc de relativiser (la Terre ne se sera pas arrêtée de tourner, notre maison ne va pas s’écrouler et surtout, on sera toujours en vie). Cela permet de libérer l’esprit et donc d’être réellement présent quand on est en famille.

En parallèle, la mise en place de rituels ou de règles peut beaucoup aider :

  • Pas de portable (que ce soit pour du pro ou du perso d’ailleurs), quand on est avec les enfants, pas de téléphones à table…
  • En conservant du temps pour soi : prendre rdv avec soi et l’organiser dans son agenda comme on noterait le rdv chez le médecin. Cela peut paraître bête au début, mais en prévoyant en avance une plage horaire juste pour soi, on prépare aussi notre mental à ce rdv et on organise aussi mieux nos journées ou semaine en fonction. Il existe aussi plusieurs manières de prendre du temps pour soi, sans que cela nécessite une organisation en amont ou de sortir de chez soi. Pour moi, prendre du temps pour soi, c’est réussir à se reconnecter avec soi-même. Donc cela peut aussi être 10 minutes de méditation, s’accorder quelques minutes en fin de journée et réaliser les choses positives qui nous sont arrivées dans la journée, faire de la gratitude…

Comment gérer l’organisation d’une journée lorsqu’on doit télétravailler avec des tout-petits à la maison ?

Les tout-petits demandent beaucoup d’attention et c’est normal. Ils ne savent pas réellement rester seuls et s’occuper longtemps. Et surtout, ils ne comprennent pas le concept de “travailler à la maison”. Il faut vraiment le prendre en considération et surtout l’accepter.

Dans la pratique, cela veut dire qu’il faut encore une fois organiser sa journée en tenant compte de cet élément : on évite donc de surcharger sa todo, voir on l’allège par rapport à d’habitude. Il faut aussi accepter qu’on sera moins productif ce jour là (si le télétravail est occasionnel).

J’insiste beaucoup sur ces points, car il n’y a rien de plus frustrant que d’avoir l’impression d’échouer ou ne pas y arriver (quand on n’arrive pas à terminer sa todo par exemple).

Il ne faut surtout pas hésiter à se caler sur leur rythme : on profite de la sieste pour travailler sur ce qui demande de la concentration.

De manière plus générale :

  • s’organiser avec le (la) conjoint(e) pour alterner phase de travail et de “garde”.
  • faire participer les grands enfants pendant 1 heure par exemple (dans la mesure du possible).
  • ne pas hésiter à s’isoler pour travailler si cela est possible.
  • on peut aussi travailler un peu en décalé : en se réveillant un peu plus tôt le matin ou un peu le soir après le coucher des enfants – attention toutefois à ce que cela ne devienne pas une habitude ou de le faire que sur une petite plage horaire, au risque d’avoir l’impression qu’il n’y a plus d’équilibre du tout.

Des lectures ou podcasts à nous conseiller pour nous aider dans cette démarche ?

Slow working de Diane Ballonard Rolland : c’est un livre d’auto coaching pour apprendre à travailler moins mais mieux.

Retrouvez Thuy-Mai parmi tous les professionnel.les présent.es sur Fourmily et profitez pleinement de son accompagnement en prenant rendez-vous avec elle.

 

Et si on vous disait que vous abonner à cette newsletter...

 

pouvait vous sauver des nuits en pointillé, des pipis au lit, des assiettes boudées, des pleurs inexpliqués, des colères ou des crises d'adolescence..., vous nous croiriez ?

 

Non ! Vous avez bien raison. En revanche, ça peut carrément vous aider ! Chaque mois, recevez de l'actu et des astuces pour vous préparer, comprendre ou adopter des habitudes en tant que parent.

Merci ! Vous êtes désormais inscrit.e :)